Le doublement partiel de la voie ferrée entre Toulouse et Saint-Sulpice

Après trois années de travaux, l'opération de doublement partiel de la voie entre Toulouse et Saint-Sulpice s'est achevée le 15 décembre 2013.

Photo QNE 2

Les trains en provenance de Figeac, Albi, Rodez, Castres et Mazamet circulent désormais sur deux voies entre Toulouse et le tunnel de Campmas et entre le tunnel de Seilhan et St-Sulpice. Ces trains peuvent ainsi se croiser sans contrainte donnant plus de capacité et de robustesse à ce tronçon de ligne qui regroupe toutes les circulations en provenance du Quart Nord-Est de la région et qui était jusque-là considéré comme « la voie unique la plus chargée de France ».

Au total, cinq années auront été nécessaires pour réaliser le doublement partiel de la voie ferrée entre Toulouse et Saint-Sulpice. Ce projet a débuté fin 2008 avec une concertation publique dont l’objectif était de présenter ce projet d’investissement de plus de 200 millions d’euros, financé par la Région Midi-Pyrénées, l’Etat, l’Union Européenne et Réseau Ferré de France, aux habitants des 32 communes concernées. Cette étape de concertation du public s’est poursuivie avec la phase d’enquête d’utilité publique à l’été 2009 avant l’arrivée des premiers travaux préparatoires en septembre 2010. De 2011 à 2013, les travaux ont été réalisés en trois étapes : les travaux de génie civil en 2011 (terrassements, reconstruction des ouvrages d’art et des ouvrages hydrauliques, création de murs de soutènement, pose de murs antibruit ,…), les travaux de rénovation de la voie existante et de la pose de la nouvelle voie en 2012 et la dernière étape du chantier en 2013, pour réaliser tous les tests et essais avant la mise en service de la double voie.