Rénover les voies et ses ouvrages pour améliorer le confort et la sécurité

Les travaux du Plan Rail se répartissent en deux catégories : les travaux de renouvellement des voies, des ouvrages d’art et des ouvrages en terre, et les travaux de développement du réseau.

Le renouvellement de la voie ferrée vise à remplacer les constituants de la voie en mauvais état. La voie est composée de rails, ballast et traverses. Selon leur état, RFF remplace la totalité ou certains de ces composants. Il s’agit par exemple de :

  • supprimer les rails et traverses obsolètes pour les remplacer par un rail de type U50 (unifié 50 kg par mètre de rail) et créer des longs rails soudés ;
  • remplacer les traverses bois en fin de vie par des traverses béton ;
  • remettre une épaisseur suffisante de ballast sous et entre les traverses pour une meilleure tenue de la voie.

Sur la ligne Empalot-Auch, le renouvellement complet de la voie, longue de 29 km, a nécessité la pose de 59 000 nouvelles traverses, 60 000 tonnes de ballast et 3 300 tonnes de rail.


Le renouvellement des ouvrages d’art consiste principalement à :

  • reprendre les étanchéités des ouvrages, pour conserver leur capacité de résistance ;
  • remplacer les tabliers métalliques de certains ponts-rails ;
  • intervenir sur les fondations des ouvrages en site aquatique ;
  • repeindre ou remplacer des constituants métalliques de ponts ;
  • réaliser des travaux de maçonnerie.

Sur la ligne Figeac-Bagnac, le renouvellement des ponts-rails s’est traduit par la reprise de l’étanchéité de 6 ouvrages de 17 à 63 m de long, afin que les infiltrations d’eau ne menacent plus la structure de ces ouvrages.


Le renouvellement des ouvrages en terre consiste principalement à:

  • conforter les talus et tranchées ferroviaires par la mise en place de grillages ancrés ;
  • rénover les filets détecteurs de chute de rochers (remplacement des poteaux et des filets).

Sur la ligne Tessonnières-Capdenac, 16 ouvrages en terre ont été confortés dont 12 tranchées rocheuses pour sécuriser la ligne et améliorer la régularité des trains.


Une démarche sécuritaire spécifique est menée à l’occasion de ces opérations pour supprimer des passages à niveau lorsque la configuration des lieux le permet.

Depuis le lancement du Plan Rail, 24 passages à niveau ont fait l’objet d’une suppression entre 2009 et 2010.